NextEnergies, le spécialiste des solutions industrielles bois énergie

:: Vous êtes ici : Accueil NextEnergies Actualités La centrale à charbon de Drax, en Angleterre, se convertit à l'électricité verte

Toutes les Actualités

Actualités NextEnergies RSS

Toutes les infos et enjeux de l'industrie énergétique !

E-Documentation

Brochure Entreprise Next Energies

NextEnergies

Présentation institutionnelle de l'entreprise.
Fiches Techniques

La Biomasse

Données essentielles sur la ressource en biomasse.
Formulaire Études

Les Aides

Principaux documents présentant les dispositifs d'aides publiques.

Étude d'opportunité

Contacter NextEnergies

Contactez-nous pour une étude d'opportunité gratuite !

La centrale à charbon de Drax, en Angleterre, se convertit à l'électricité verte

Article publié le 13 Décembre 2010 à 17h11 Les installations dédiées à la biomasse dans la centrale électrique de Drax, en Agleterre

On les voit de très loin, plantées au beau milieu du paysage champêtre du Yorkshire: les cheminées de la centrale à charbon de Drax, dans le Nord Est de l’Angleterre, sont responsables de l’émission de plus de 20 millions de tonnes de CO2 par an. Érigée à la fin des années 1970, la plus grande centrale du Royaume-Uni continue à produire à elle seule 7 % de l'électricité britannique

12.5 % d’émissions de CO2 en moins

"Si nous voulons avoir un avenir, nous devons prêter attention à l’environnement", est convaincu Steve Drayton, responsable du traitement des matériaux à la centrale de Drax. Mais après des décennies de charbon, difficile de changer radicalement de mode de production. La centrale a donc décidé d’introduire progressivement la biomasse grâce à la co-combustion: "Cela permet de conserver la structure actuelle et d’augmenter progressivement la quantité de biomasse mélangée au charbon", explique Steve Drayton.

La biomasse représente aujourd’hui près de 15 % de l’électricité générée par la centrale de Drax, ce qui a permis d’économiser 2,5 millions de tonnes de CO2 par an. C’est bon pour la planète mais aussi pour le porte-monnaie de l’entreprise, qui dépasse systématiquement les crédits carbone qui lui sont alloués par l’Union européenne. À environ 12 € la tonne de CO2, Drax va ainsi économiser 30 millions d’euros par an.

Viennent ensuite 3% de chaleur produite à partir de géothermie et 1% par le solaire. Ces chiffres sont tout à fait cohérents avec les chiffres du marché de la chaleur renouvelable de ces trente dernières années et rappellent fort à propos que la chaleur renouvelable en France, tout comme en Europe d’ailleurs, provient presque exclusivement de la biomasse au sens large (bois, agro-déchets, déchets ménagers et biogaz).

L’achat de la biomasse représente également un coût non négligeable. La centrale essaye de s’approvisionner au maximum dans un rayon de 80 kilomètres et de développer des filières locales de résidus de bois ou d’agriculture, la volonté de ne pas entrer en compétition avec la production alimentaire les oblige à importer une grande partie de leur biomasse. Drax ne veut pas communiquer sur l’origine et la composition exacte de la biomasse importée, le marché étant «très compétitif». La centrale assure toutefois que ses fournisseurs travaillent à partir de sources «durables» de biomasse.

Page Précédente SOURCE : Extrait de l’article publié par "20Minutes" le 13 Décembre 2010.