NextEnergies, le spécialiste des solutions industrielles bois énergie

:: Vous êtes ici : Accueil NextEnergies Actualités Le prix du gaz pourrait augmenter de 30 à 40 % d’ici 2014

Toutes les Actualités

Actualités NextEnergies RSS

Toutes les infos et enjeux de l'industrie énergétique !

E-Documentation

Brochure Entreprise Next Energies

NextEnergies

Présentation institutionnelle de l'entreprise.
Fiches Techniques

La Biomasse

Données essentielles sur la ressource en biomasse.
Formulaire Études

Les Aides

Principaux documents présentant les dispositifs d'aides publiques.

Étude d'opportunité

Contacter NextEnergies

Contactez-nous pour une étude d'opportunité gratuite !

Le prix du gaz pourrait augmenter de 30 à 40 % d’ici 2014

Article publié le 16 Novembre 2011 à 21h32 Perspectives d’évolution du prix du gaz en Europe

Le cabinet AT Kearney vient de publier une étude sur l’évolution du prix du gaz en Europe dans les années à venir. Il apparaît clairement que les prix de gros du gaz naturel liquéfié (GNL) vont enregistrer une hausse de 30 à 40 % d’ici 2014, dans un contexte de consommation croissante. Les industriels et les grands comptes seront les premiers touchés par cette hausse.

AT Kearney explique ce contexte par l’évolution de la consommation du gaz : après la crise financière de 2008, la demande a fortement baissé et a freiné les investissements de l’industrie du gaz. Depuis 2010, la consommation repart, mais il faudra attendre au moins jusqu’en 2014 pour que les nouveaux projets d’exploitation soient opérationnels et permettent d’augmenter significativement l’offre, ce qui pourrait entrainer de nouveau une détente sur les prix.

L’étude relève aussi la part grandissante du GNL dans le mix énergétique que l’on peut imputer directement à la catastrophe de Fukushima. Et la demande mondiale de GNL devrait augmenter de 55 % d’ici 2020. En Europe et dans la même période, cette hausse pourrait aller jusqu’à 28 %, alors que la production va diminuer de 45 % environ, entrainant une hausse des importations pour satisfaire la demande.

Ce contexte va donc inévitablement avoir un fort impact sur le consommateur final, à savoir les industriels et les grands comptes qui ont choisi de quitter le marché régulé (ie : prix du gaz indexé sur le cours du pétrole).

Ces perspectives à moyen terme conforte l’intérêt de solutions telles que le bois-énergie qui seul peut apporter aux industriels une visibilité à long terme sur le coût de l’énergie. Depuis 30 ans, le coût du bois-énergie est stable et devrait le rester. La ressource est encore peu exploitée, abondante et renouvelable et le taux de prélèvement est en France largement inférieur à l’accroissement naturel des forêts.

Les solutions développées par NextEnergies sont une réponse fiable et pérenne aux industriels soucieux de sécuriser leurs approvisionnements en énergie.

L’ADEME a d’ores et déjà lancé le 4ème BCIAT dont les résultats seront connus dans un an et qui contribue fortement à la dynamique de la filière bois énergie.

Consultez ou téléchargez le communiqué de AT Kearney.

Page Précédente